lundi 1 mai 2017

Des jours meilleurs

"Plus de 90% des histoires proposées à Galaxy Science Fiction [1] étaient marquées par la peur de la bombe atomique, ou à hydrogène, et de la guerre bactériologique, du monde post-atomique, du retour à la barbarie, des enfants mutants tués parce qu'ils avaient seulement dix doigts et orteils au lieu de douze... La tentation est forte d'écrire : "Regarder, les gars, la fin n'est pas pour tout de suite."

H.L. GOLD, fondateur et éditeur de Galaxy Science Fiction (1952) cité par le site Vintage Geek Culture

[1] Magazine de science fiction américain (pulp magazine), fondé en 1950, qui cessa ses publications en 1980.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire