dimanche 9 juillet 2017

Vent léger

"Sentir sur sa main
Au début du printemps
Les rayons du soleil, c'est assez
Pour vivre

Vent léger 
Et simple
Tel je veux vivre

Viendrait même le jour où je te perdrais 
Qui envierais-je ?

Vent léger, sur la rive plantée d'arbres où je pourrais passer,
Adieu
Adieu
Je m'en irai en pleurant furtivement"

poème de Keiichi ITÔ tirée de l'Anthologie de la poésie japonaise contemporaine (Gallimard)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire